La presbyacousie est à l’oreille ce que la presbytie est à l’œil.

La presbyacousie est un phénomène d’usure naturel. A partir de 50 ans, elle concerne deux personnes sur trois. Et près de la moitié se coupent de toute communication parce qu’elles suivent difficilement une conversation. Mais moins d’une personne sur 5 qui devrait être appareillée l’est effectivement. Cette altération des facultés auditives vient de ce que les cellules ciliées de la cochlée, dans l’oreille interne, sont progressivement détruites, par les traumatismes sonores certes prématurément et, plus généralement, en raison du vieillissement qui touche l’organisme tout entier. Ce qui est perdu l’est définitivement puisqu’il n’existe aucun traitement de la dégénérescence de ces cellules.

Moins spectaculaire que la cécité, la perte de l’audition a quelques inconvénients, non négligeables. Ne pas entendre représente une sorte de perte de chance, de participer aux conversations, de « faire du lien », d’apprendre. Par ailleurs, le cerveau, moins sollicité parce que privé d’informations, perd peu à peu la faculté de les traiter.

On perd d’abord les aiguës, c’est-à-dire les voyelles, particulièrement en milieu bruyant, et comme les consonnes (qui « sonnent avec » les voyelles) deviennent alors peu sonores, le message paraît ne plus signifier grand-chose: le passage du son au sens est compromis.

Le site: http://francepresbyacousie.org/ expose les courbes de la presbyacousie en fonction de l’âge et du sexe. En résumé, tous les 10 ans, la perte est de 2.000 Hertz et/ou 10 décibels.

 

  • Ces courbes représentent les audiogrammes moyens d’hommes et de femmes de 18 à 80 ans et montrent le vieillissement normal de l’audition.
  • Il existe plusieurs méthodes de calcul de la perte auditive. La plus courante est de faire la moyenne des pertes sur les fréquences 500, 1000, 2000, 4000HZ.
  • On définit ainsi une audition normale (en rose) une surdité légère (en orange) une surdité sévère (en violet) et une surdité profonde (en gris).
  • Les hommes deviennent presbyacousiques en moyenne avec 10 ans « d’avance » sur les femmes.

 

– FrancePresbyAcousie propose le test HEIN (0892 790 791 (0,34 €/mn), http://www.hein-test.fr/)

Il teste la compréhension de la parole dans le bruit et dépiste par téléphone les premières gênes dues à la presbyacousie.

 

C’est un médecin ORL qui mesure l’audition, par une audiométrie en deux temps.

– Le premier examen explore la perception des sons, graves ou aigus, d’une oreille après l’autre 

– Complémentaire, l’audiométrie vocale, qui permet d’évaluer la gêne sociale, par des tests phonétiques et d’intelligibilité des syllabes

 

Ayant un enfant malentendant et étant moi-même atteint par la presbyacousie, je me pose donc la question de l’évolution de sa surdité. Je sais qu’elle ne peut s’atténuer, mais la presbyacousie viendra-t-elle s’ajouter à son problème d’audition ?

Y a-t-il un phénomène cumulatif ? a priori rien ne s’y oppose. J’ai posé la question dans différents forums, mais sans avoir eu de réponse.

Comme la presbyacousie est liée à une dégénérescence des cellules avec l’âge, rien ne s’y oppose à terme. Un ORL me l’a confirmé