Association créée par des parents pour les parents, les familles, leurs enfants, jeunes ou adultes, l’ARPADA a pour but le développement et la sauvegarde des droits et intérêts des sourds et malentendants de la Région Ile de France (statuts). Grâce à ses adhérents, elle est au fait des réalités du terrain et trouve ainsi le dynamisme nécessaire pour accompagner les parents de l’annonce du diagnostic à l’insertion professionnelle de leur enfant déficient auditif. Grâce à sa représentativité, elle est le porte parole des familles auprès des instances publiques et privées de réflexion ou de décision. Elle participe ou assiste aux colloques , réunions d’information, manifestations en Ile de France. Grâce à son expérience associative, elle propose en direction des parents ou des jeunes un ensemble d’actions d’information, d’échanges, de rencontres mises en place à la demande de ses adhérents. Grâce à ses partenaires associatifs ou professionnels, elle concourt à la connaissance de la surdité auprès du public et au développement des droits des familles .

 

 

 

LA VIE DE L’ASSOCIATION

 

Créée en 1980, notre association, l’ARPADA Ile de France (Association Régionale des Parents et Amis de Déficients Auditifs de l’Ile de France) est régie par la loi de 1901. Elle est affiliée à la Fédération Nationale des Associations de Parents d’Enfants Déficients Auditifs (ANPEDA). Elle fonctionne sur le seul postulat du bénévolat. Son but, tel que défini dans les statuts, est le développement et la sauvegarde des droits et intérêts des sourds et malentendants de la Région Ile de France. Dans le cadre de cette mission les bénévoles accompagnent les parents de l’annonce du diagnostic à l’insertion professionnelle de leur enfant sourd ou malentendant.

A cette fin, ils :

– tiennent, dans un souci de neutralité et d’ojectivité, des permanences téléphoniques régulières destinées à orienter, conseiller, informer et accompagner les parents d’enfants sourds. L’accueil au siège administratif de l’association est possible sur rendez-vous.

– éditent un Bulletin Trimestriel d’informations qui recensent les activités proposées dans la région Ile de France aux personnes sourdes : loisirs, conférences, scolarité, témoignages…

– organisent chaque année des rencontres parentales sur des thèmes variés (fratrie, adolescence, petite enfance, intégration scolaire…).

– gèrent un service de vente de piles auditives.

– ont conçu, réalisé et édité une publication ayant pour objectif de rendre plus aisée la communication de l’enfant et de l’adulte sourd à l’hôpital. Voir la rubrique PUBLICATIONS

– collaborent avec des associations de parents et adultes sourds. Voir la rubrique NOS PARTENAIRES.

 

Nos  CONFERENCES-DEBATS et L’ASSEMBLEES GENERALES  de l’association sont des rendez vous annuel de mars ou avril.

 

Quelques thèmes des années précédentes:

 

Si un autre thème vous intéresse plus particulièrement, n’hésitez pas à nous en faire part. Nous attendons vos suggestions !

 

  • Avril 2015:   » Les projets de vie pour nos enfants – Comment concilier envies et réalités « 
  • Avril 2014:   »          « 
  • Avril 2013:  « Les Professionnels de la surdité, quelles équipes pour nous et nos enfants
  • Mars 2012:  « Ados aujourd’hui, adultes demain »
  • Mars 2011:  « Les parcours scolaires »
  • Mars 2010:  « Communiquer, première étape vers les apprentissages »
  • Mars 2009 : « Accessibilité et aides techniques : de la vie quotidienne au milieu professionnel ».
  • Mars 2008 : « Loi égalité des droits et des chances : états des lieux, avancées, réalités… »,
  • Mars 2007 : «  Surdité et Génétique »,
  • Mars 2006 : « Le Bilinguisme aujourd’hui – Pour qui ? Pourquoi ? Comment ? »,
  • Mars 2005 : la loi du 11 février 2005 « les changements apportés aux droits des personnes sourdes    au regard de la loi sur l’égalité des droits.

 

Les membres du bureau nommés lors du Conseil d’Administration de mai 2016

  • Présidente: Emmanuelle HARROY
  • Vice-Présidente: Yvette LEVEQUE
  • Vice-Présidente: Sabrina TAIF
  • Trésorier: Didier GANOT

D’autres bénévoles assurent le quotidien de l’association

 

Chacun de ces membres actifs vous présente son parcours personnel:

 

« Lorsque ma belle-fille Monique a été élue Présidente de l’ARPADA en 1999, nous avons décidé d’un commun accord que je pourrais peut-être apporter mon aide pour ce qui concerne les travaux administratifs. Je m’occupe plus particulièrement de la comptabilité et de toutes autres tâches qui me sont demandées. En effet, je connais très peu la surdité, seulement qu’en côtoyant mon petit fils Yoann qui a une surdité moyenne / sévère et est appareillé. Il a suivi une scolarité normale avec de très bons résultats dus à beaucoup de ténacité et de courage. Par ma présence régulière au siège administratif et lors de la tenue des Assemblées Générales, étant en contact avec des personnes sourdes, des familles, j’ai pris davantage conscience de la multiplicité des problèmes rencontrés, au cours des diverses étapes de leur vie, par les personnes sourdes.  J’espère que ma modeste contribution à la gestion de l’association permet une plus forte activité bénévole sur « le terrain », au plus proche des familles, d’une partie des autres membres de l’Equipe ».

Christiane Baronnie

 

« Maman de 3 garçons, bien qu’ayant une formation juridique, je n’avais pas d’activité professionnelle lorsque j’ai appris en 1991 la surdité de mon dernier fils alors âgé de 15 mois. Le choc a été brutal. Mais dès début 1992, j’ai intégré l’équipe des bénévoles de l’ARPADA. Mes enfants étant encore très jeunes, j’ai commencé par des tâches administratives et des petites journées. J’ai beaucoup appris sur le monde de la surdité. Cela m’a permis de me « reconstruire » petit à petit. En 1999, je suis devenue la présidente de l’association, mon action auprès des familles a pris alors une toute autre dimension. J’ai essayé, secondée activement par mon époux lors des stages et autres actions spécifiques, d’épauler et soutenir les parents, comme je l’avais été moi-même par les bénévoles. En ce début d’année, j’ai démissionné de mon poste d’administrateur et de présidente. A ce jour, je continue mon activité bénévole au sein de l’ARPADA. Notamment, je collabore toujours étroitement au bulletin trimestriel d’information. Il est important pour moi, tant que je le peux, de pouvoir transmettre mon expérience et ce que j’ai pu apprendre au cours de ces 18 années écoulées ».

Monique Baronnie

 

« Nous adhérons à l’ARPADA depuis la découverte de la surdité de notre fils aîné à l’âge de 4 ½ ans en 1996. Louis fut appareillé la même année. Il oralise. Sa scolarité se déroule  en milieu ordinaire. Il est actuellement en terminale STI et envisage la poursuite de ses études en BTS. Le bulletin trimestriel constituait notre seul lien avec l’association. Notre fils ne signant pas, ne codant pas, nous avions le sentiment de ne pas « parler » de la même surdité. En 2000, nous nous sommes reconnus dans l’intitulé du stage « Surdité partielle… Mais problèmes réels ». Nous avons trouvé une équipe disponible et soutenante. Nous avons rencontré d’autres parents dans les mêmes « galères », avec les mêmes interrogations que nous. Et nous avons fait la connaissance de nos enfants respectifs. Nous avons été plusieurs parents à souhaiter poursuivre nos échanges. L’ARPADA a organisé des rencontres mensuelles au cours de l’année suivante. Ensuite nous avons assisté à plusieurs conférences…Nous nous sentions enfin à notre place dans l’association. C’est ainsi que, suite à l’appel à candidature pour le conseil d’administration de l’an dernier, je participe un peu plus activement à la vie de l’ARPADA. Nos enfants, comme tout enfant, ont le besoin d’être accompagnés. Nous savons tous combien il est déroutant d’être parents d’un enfant « pas tout à fait comme les autres ». Mon implication repose sur mon souhait de pérenniser et d’alimenter ce que d’autres ont construit ».

Françoise Bonnet

 

« Dans les jours qui ont suivi l’annonce d’une surdité sévère pour notre fils, à l’âge de 18 mois, nous avons rejoint l’association des Hauts-de-Seine. Aller au delà des informations médicales, bénéficier du vécu des autres parents, rencontrer, rencontrer, rencontrer encore d’autres parents et enfants ; échanger pour tenter de se projeter dans l’avenir. Pour Adrien, toujours scolarisé en milieu ordinaire, mais aussi pour ses quatre frères et soeurs, l’association était une formidable opportunité d’échange avec d’autres enfants comme lui, avec ces « drôles d’appareils autour des oreilles ». Avec le temps, la soif d’information s’est transformée progressivement en échanges d’expériences avec les autres parents, juste retour des choses. Après la disparition de l’association départementale du 92, nous avons poursuivi notre modeste engagement auprès de l’ARPADA et j’en suis devenu le trésorier. Avec la fin de ses études d’ingénieur et son entrée dans le monde du travail, Adrien vit ses premières expériences d’indépendance totale ».

Didier Ganot

 

« Notre fils Vincent a une surdité légère à moyenne, détectée vers ses cinq ans. Il a été appareillé tout de suite. Son cas a ceci de particulier : sa surdité étant relativement faible, elle n’est pas considérée par les autres et c’est à lui à se gérer, à faire répéter, à s’adapter, à se prendre en charge. L’Arpada, très rapidement contactée, nous a beaucoup aidés par ses conseils, par les échanges que nous avons pu avoir avec d’autres parents d’enfants malentendants. Notre enfant a également pu mieux y réaliser combien son cas n’était pas unique par sa rencontre avec  d’autres enfants malentendants et appareillés comme lui. Un séminaire et un groupe de paroles, stage d’échanges entre parents d’enfants sourds, encadré par un psychologue, nous a beaucoup appris et a laissé en nous des messages inoubliables. Ayant œuvré longtemps dans une association de Parents d’élèves, il m’a été naturel de rejoindre l’Arpada ».

Jean-Claude Husson

 

« Étant la mère d’un adulte sourd qui exerce une profession et a acquis une autonomie socio-professionnelle, j’ai, bien sûr, effectué le « parcours du combattant » que connaît tout parent d’enfant sourd. Je suis entrée très tôt dans la vie associative, ce qui m’a conduite, au long des années, à représenter les familles dans certaines instances, tant départementales, que régionales, et même nationales. Je souhaite vivement faire partager l’expérience que j’ai acquise et transmettre les informations que j’ai reçues et que je continue à recevoir ».

Yvette Lévêque

 

« Mon mari et moi nous nous sommes tournés vers le monde associatif parental en 1975, attirés par le thème d’un colloque de l’ANPEDA « Climat familial et surdité de l’enfant » ; depuis nous avons apporté notre contribution au réseau, au FORMAPEDA… et maintenant j’ai accepté la responsabilité de Présidente. Notre fils a bientôt 40 ans, il a su exploiter ses compétences, s’adapter au monde de l’école et du travail, il a créé sa propre famille et nous sommes des grands-parents fiers ».

Geneviève Riebert